Comment aller plus loin quand tout est allé trop loin?
Comment franchir le mur contre lequel se brisent les artistes d'aujourd'hui?

C'est en remontant aux sources de l'art et aux gestes des premiers créateurs, qui de Chauvet à Lascaux ont enluminé notre passé, que Renée Martine Crappier a retrouvé son chemin.

Grâce aux pierres, aux fossiles, aux parois des grottes ornées, elle a remonté le cours du temps pour y trouver les formes qui déclenchent ce qu'elle appelle son "rêve", cette faculté de se mettre en empathie avec la nature pour libérerson imaginaire.

Il y a 14000 ans, les artistes de la grotte de La Marche faisaient exactement la même chose, en gravant sur des milliers de pierres ce que leur inspirait leur regard, ce que leur disaient leurs mythes.
Des dizaines de ces pierres sont conservées au musée de Lussac-les-Châteaux, la ville, entre Poitiers et Limoges, où se trouve ce site, reconnu comme étant le "Lascaux" de la gravure mobilière.

RMC a passé un an en résidence au musée à les scruter une à une, cherchant par son crayon à renouer le fil de la pensée, de l'émotion et de la création avec ses lointains prédécesseurs.
Preuve, s'il en fallait encore, que comme disait Picasso, il n'y a en art, ni passé, ni futur.

Juste une aventure humaine.

Pierre Capujac

 


 

RETOUR